femme faisant du yoga

Soins d’incontinence pour femmes ménopausées

Source:
* London Health Sciences Centre, un partenaire caritatif PHARMAPRIX. AIMEZ. VOUS.

Les traitements possibles pour l’incontinence urinaire durant la ménopause

1. Habitudes pour une vessie en santé

Vous pouvez faire plusieurs choses par vous-même pour améliorer la santé de votre vessie et réduire l’incontinence. Surveillez votre apport en liquide, et la fréquence et le volume de vos mictions en tenant un journal. Vous pourriez suivre l’évolution des symptômes

  • Restez hydratée

Buvez au moins 4 à 6 tasses (1 000 à 1 500 mL) de liquide par jour, sauf indication contraire de votre médecin. Ne limitez pas les liquides en espérant améliorer votre incontinence. Si vous buvez trop peu, lʼurine devient très concentrée. Cela irritera votre vessie, qui voudra se vider plus souvent, même si elle est presque vide. Le meilleur liquide à boire reste l’eau.

  • Restez hydratée

Ne buvez pas tous vos liquides à la fois. Espacez vos liquides durant la journée. Si vous buvez beaucoup à la fois, vous pouvez vous attendre à devoir vous rendre à la toilette de façon urgente peu après.

  • Réduisez votre consommation de liquides irritants

La caféine, lʼalcool et les boissons gazeuses peuvent aggraver vos symptômes de vessie irritable. Les édulcorants artificiels, les agrumes et les aliments acides, comme les tomates, peuvent également vous causer des ennuis.

Essayez de limiter les boissons contenant de la caféine à une ou deux tasses par jour. Certaines personnes peuvent être plus sensibles à la caféine et il pourrait être préférable pour elles de cesser de boire toutes les boissons qui en contiennent.

Soyez conscient que les boissons décaféinées contiennent aussi une certaine quantité de caféine. Il est préférable de sʼen tenir à des boissons sans caféine.

  • Urinez régulièrement tout au long de la journée

Ignorer les signaux d’envie d’uriner que vous transmet votre corps peut mener à une vessie trop pleine, à une sensation d’urgence et aux fuites.

  • Réduisez votre apport en liquide dans la soirée et urinez bien avant d’aller au lit

Le fait de boire moins dans la soirée réduit la nécessité de vous lever à la nuit pour uriner.

  • Videz complètement votre vessie chaque fois que vous allez à la toilette

Vous devrez peut-être changer de position, vous lever et vous rasseoir, vous pencher vers l’avant ou pousser doucement sur votre bas-ventre. 

  • Arrêtez de fumer

Le tabagisme irrite la vessie, causant une sensation dʼurgence. Il peut aussi être la cause d’une toux chronique qui met de la pression sur les muscles périnéaux.         Arrêtez de fumer

  • Gérer une toux chronique

Si vous êtes fumeur, asthmatique, souffrez de BCPCO ou de bronchite, ces affections peuvent vous faire tousser davantage et ainsi affaiblir les muscles périnéaux. Parlez à votre médecin de famille au sujet de la maîtrise de votre asthme, de la BCPCO ou de la bronchite.

  • Conservez un poids santé

Il a été prouvé qu’une perte de poids réduit les fuites urinaires en diminuant la pression extérieure sur la vessie.    

  • Favorisez une régularité intestinale

Les efforts lors de la défécation affaiblissent les muscles servant à contrôler les fuites urinaires. Gardez les selles molles et évitez la constipation. Essayez d’augmenter votre apport en fibres ou prenez de légers stimulants et des agents mucilagineux pour les selles; les fibres naturelles, le lait de magnésie, Metamucil ou l’huile minérale sont recommandés.

  • Faites traiter vos infections urinaires

Surveillez les symptômes d’infection urinaire, comme la sensation dʼurgence, la fréquence, le sang dans lʼurine et la sensation brûlure au moment d’uriner. Dites-le à votre médecin si vous avez ces symptômes.

2. Exercices pour les muscles périnéaux (exercices de Kegel)

Comme tout muscle, vos muscles périnéaux doivent être travaillés pour rester forts. Ces muscles peuvent être affaiblis après un accouchement, après la ménopause et par suite d’une toux chronique ou du soulèvement d’objets lourds.

En faisant des exercices des muscles périnéaux, vous pouvez développer et renforcer les muscles de votre périnée pour aider à retenir votre urine et à améliorer le contrôle de votre vessie et de votre côlon.

Ces exercices sont aussi appelés exercices de Kegel. S’ils sont faits correctement et régulièrement, ils peuvent améliorer votre contrôle de la vessie.

Les exercices de Kegel peuvent être faits debout, assis ou couché.

Étape 1 : Apprendre à sentir ses muscles

  • Pour trouver les muscles, il est préférable de sʼasseoir sur une chaise ferme. Essayez de bander les muscles qui vous permettent de retenir les flatulences.
    • Essayez de ne pas tendre vos muscles abdominaux ou les muscles des fesses.
    • Ne retenez pas votre respiration
    • Inspirez quand vous détendez vos muscles et expirez quand vous les tendez.
  • Allongez-vous et insérez un ou deux doigts propres dans votre vagin, puis essayez de contracter vos muscles tout autour.

Étape 2 : Apprendre à isoler les muscles

  • Faites attention de ne pas tendre les muscles du ventre, des jambes ou d’autres muscles pendant que vous contractez vos muscles périnéaux. Essayez surtout de détendre votre estomac pendant que vous tendez les muscles pelviens. Ne retenez pas votre respiration.

Étape 3 : Mettre les exercices pelviens en pratique

  • Tendez lentement vos muscles pelviens sur un décompte de 1-2-3.
  • Détendez lentement vos muscles pelviens sur un décompte de 1-2-3.
  • Il est plus facile de commencer à faire ces exercices assis sur une chaise ferme pour vous assurer de ne pas bander d’autres muscles, comme ceux de vos fesses ou de votre ventre.
  • Une fois que vous serez à l’aise avec les exercices des muscles pelviens en position assise, vous pourrez aussi les essayer couchée et debout.
  • Commencez par faire cela au moins trois à quatre fois par semaine. Au fur et à mesure que vous vous améliorez, essayez d’augmenter vos exercices à une série (10 exercices) cinq fois par jour.

Quand vais-je remarquer une amélioration?

De nombreuses femmes ont remarqué une amélioration après trois à six semaines d’exercices quotidiens. Cela pourrait même prendre jusquʼà six mois, surtout si vous êtes ménopausée.

Une fois que vous vous serez exercée à resserrer les muscles pelviens, vous aurez moins d’accidents.

Ces exercices doivent être maintenus pour avoir un effet durable, comme toute autre forme dʼexercice.

Que faire si je ne peux pas contracter mes muscles périnéaux?

Si vous éprouvez de la difficulté à faire ces exercices ou constatez que vous ne faites pas de progrès, demandez à votre professionnel de la santé si un physiothérapeute du périnée ou la rétroaction biologique pourrait vous être utile.

 

3. Miction minutée et double miction

Qu’est-ce que la miction minutée?

La miction minutée consiste à se rendre à la salle de bain pour uriner en fonction de l’heure et non de ce que vous ressentez. Souvent, quand une femme ressent le besoin d’uriner, il est trop tard. Le but de la miction minutée est d’empêcher la vessie de trop se remplir afin de ne pas avoir à courir pour se rendre à la toilette à temps et de subir moins de fuites.

  1. Lorsque vous vous réveillez le matin, la première chose que vous devriez faire est de vider votre vessie.
  2. Regardez l’heure. Vous devriez essayer d’uriner toutes les deux heures. Si vous buvez beaucoup de liquides ou des boissons caféinées, vous devrez peut-être uriner une fois toutes les heures ou toutes les deux heures.
  3. Essayez de ne pas passer plus de trois heures sans aller à la toilette. Si vous attendez trop longtemps, vous serez plus susceptible d’avoir un accident.
  4. Vous devriez aller à la salle de bains juste avant de vous coucher.

Qu’est-ce que la double miction?

La double miction est le fait de passer plus de temps sur la toilette pour essayer de vider complètement votre vessie. De nombreuses femmes s’empressent de se lever de la toilette quand il reste de lʼurine à lʼintérieur de leur vessie. Après des mois et des années à agir de cette façon, il pourrait être plus difficile pour la vessie de se vider entièrement. Quand de l’urine est laissée dans la vessie, le risque d’infection de la vessie, la fréquence des mictions et les fuites augmentent.

  • Quand vous vous rendez à la salle de bain, ne précipitez pas les choses!
  • Détendez-vous quand vous urinez. N’essayez pas d’arrêter le jet dʼurine. Cela aidera la vessie à se vider entièrement.
  • Quand vous croyez avoir terminé, utilisez les méthodes suivantes pour tenter d’uriner une deuxième fois.
    1. Asseyez-vous encore 15 à 45 secondes
    2. Penchez-vous vers lʼavant, puis rassoyez-vous droit
    3. Penchez-vous d’un côté à lʼautre
    4. Levez-vous, bougez un peu et rassoyez-vous
  • Certaines femmes ont un prolapsus de la vessie. Si vous sentez un renflement dans le vagin, vous pouvez utiliser vos doigts pour le repousser plus haut. L’urine bloquée dans cette poche peut ensuite se vider. Vous ne pouvez pas vous blesser en faisant cela.
  • À la fin, vous devriez donner une petite poussée pour vous assurer que les dernières gouttes dʼurine sortent. Faites cela en sortant votre ventre et en gardant cette posture pendant quelques secondes.

 

4. Rééducation de la vessie et contrôle de l’envie

Rééducation de la vessie

La rééducation de la vessie aide à augmenter l’intervalle de temps entre les visites à la toilette et la quantité d’urine que peut contenir votre vessie, et à contrôler la sensation d’urgence lorsque la vessie se contracte inutilement.

La meilleure façon de commencer est de limiter les substances qui peuvent irriter la vessie, comme indiqué dans la section Habitudes pour une vessie en santé.

Une part de cette rééducation consiste à comprendre les messages que votre vessie vous fait parvenir. Vous devez reconnaître les messages à écouter et ceux à ignorer. Un programme de rééducation de la vessie devrait vous aider à reconnaître quand votre vessie est pleine et quand elle ne lʼest pas.

Des semaines, des mois ou même des années ont été nécessaires pour établir ces mauvaises habitudes, alors il faudra du temps pour régler le problème. Ne vous découragez pas, la majorité des gens constatent une amélioration après deux semaines, mais trois mois ou plus pourraient être nécessaires pour regagner le contrôle de la vessie.

Vous devriez aller à la toilette toutes les deux à trois heures pendant la journée. Si vous y allez plus souvent, vous devez essayer d’augmenter le temps entre les visites aux toilettes. Par exemple, si vous y allez toutes les heures, fixez votre objectif à une heure et 15 minutes. Si vous ressentez une sensation d’urgence avant que le temps soit écoulé, essayez les techniques de la section ci-dessous pour contrôler cette sensation et faire attendre votre vessie.

Techniques de contrôle de l’envie

Serrez vos muscles périnéaux autant que vous le pouvez et maintenez-les ainsi aussi longtemps que possible. Gardez cette position jusquʼà ce que la sensation dʼurgence disparaisse ou soit maîtrisée. Contracter les muscles périnéaux aide à fermer l’urètre (le canal de la vessie) et à prévenir les fuites.

Serrez vos muscles périnéaux rapidement et aussi fort que possible, puis détendez-les. Répétez cela plusieurs fois de suite. Certaines femmes trouvent que faire plusieurs contractions de suite fonctionne mieux que tenter de maintenir une contraction pendant un long moment.

Exercez une pression ferme sur le périnée. Vous pouvez faire cela en croisant vos jambes ou en vous assoyant sur une surface ferme. Ainsi, vous indiquez aussi à la vessie au moyen des nerfs que sa sortie est fermée et qu’elle doit donc attendre avant de tenter de se vider.

Placez une serviette roulée entre vos jambes pour soutenir le périnée avant de vous lever pour éviter la perte dʼurine.

Changez de position si cela diminue la sensation d’urgence. Se pencher un peu vers lʼavant aide certaines personnes.

Restez immobile quand vous ressentez une contraction urgente de la vessie et contrôlez l’envie.

5. Médicaments

Œstrogène

Après la ménopause, les tissus du vagin, de l’urètre et de la vessie peuvent perdre leur tonus et leur élasticité. De ce fait, il est plus difficile de retenir votre urine, et une incontinence à l’effort et une incontinence par impériosité peuvent s’ensuivre. L’hormonothérapie substitutive n’atteint pas ces tissus, donc on pourrait vous recommander d’appliquer de lʼœstrogène intravaginal. Lʼœstrogène administré par voie vaginale agit localement pour améliorer la santé des tissus et cause peu d’effets secondaires. Il nʼexiste actuellement pas de preuve que l’œstrogène intravaginal est associé à un risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral ou de cancer. Lʼœstrogène peut être inséré dans le vagin sous forme de crème, de comprimés ou d’anneau.

Médicaments antimuscariniques

Les médicaments antimuscariniques, comme Detrol (toltérodine) et Ditropan (oxubutynin), sont principalement utilisés pour le traitement de l’incontinence par impériosité et de la vessie hyperactive. Ces médicaments peuvent réduire lʼirritabilité du muscle de la vessie, vous permettant de retenir davantage d’urine pendant de plus longues périodes. Cette catégorie de médicaments est reconnue pour causer une sécheresse buccale et de la constipation.

Bêta-3 agoniste

Le mirabégron est un bêta-3 agoniste adrénergique indiqué pour le traitement de la vessie hyperactive et les symptômes de l’incontinence urinaire par impériosité, l’urgence et la fréquence urinaire. Ce médicament fonctionne en détendant les muscles de la vessie.

Antidépresseurs tricycliques

Les antidépresseurs comme lʼimipramine peuvent être utilisés pour l’incontinence à l’effort, car ils peuvent forcer les muscles du col de la vessie à se contracter. Lʼefficacité varie selon les patients, donc ceux-ci devraient demander à leur médecin si la prise de ces médicaments peut être envisagée. Cette catégorie de médicaments comporte aussi des effets anticholinergiques qui peuvent soulager les symptômes liés aux envies.

 

6. Les dispositifs de continence

Un pessaire est un dispositif de silicone placé dans le vagin pour fournir un soutien interne aux tissus. Les pessaires sont généralement utilisés pour traiter un prolapsus. Le pessaire peut réduire la sensation de renflement dans le vagin et souvent améliorer la fonction vésicale et intestinale. Certains pessaires sont conçus pour soutenir l’urètre (le canal de votre vessie) et aider à réduire l’incontinence à l’effort.

Les femmes qui ont un prolapsus du vagin ou de lʼutérus, ou des pertes urinaires en raison d’un prolapsus, pourraient trouver cet appareil utile pour aider le tissu à rester en place. Certaines femmes croient qu’il est avantageux pour éviter la chirurgie ou pour la période d’attente avant une intervention chirurgicale. Cet appareil peut être utilisé au besoin seulement ou laissé en place et retiré pour être nettoyé tous les quelques mois.

Un pessaire peut être porté en tout temps pour aider à gérer le prolapsus ou les fuites, ou être inséré uniquement lorsque vous participez à des activités qui sont susceptibles de causer des fuites, comme le jogging.

Vous devez avoir le bon format de pessaire, ajusté par un professionnel de la santé chevronné. Vous pourrez ensuite le retirer et le nettoyer régulièrement vous-même. Vous ne devriez pas le sentir une fois quʼil a été bien ajusté pour vous. Des frais minimes exigés pour le dispositif pourraient être couverts par votre assurance privée.

 

7. Les options dʼintervention chirurgicale

La chirurgie peut être une solution pour l’incontinence urinaire à l’effort si les traitements moins effractifs échouent.

De nombreuses options dʼinterventions chirurgicales ont un haut taux de réussite lorsqu’effectuées pour la première fois. Les procédures suivantes ne connaissent pas autant de succès. Par conséquent, il est important de discuter du traitement pertinent avec votre médecin.

Les interventions chirurgicales tentent de rétablir la position normale de la base de la vessie et de l’urètre. Ces interventions peuvent être effectuées au moyen dʼune incision dans le vagin ou le ventre. Toutes les chirurgies impliquent des complications, et il est important de les comprendre au préalable; votre médecin en discutera avec vous, mais nʼhésitez pas à poser des questions. Plusieurs de ces procédures ne sont pas mentionnées ici. Votre médecin vous recommandera des solutions propres à votre situation.

Chirurgie de bandelette vaginale sans tension (TVT) ou bandelette sous-urétrale d’effort

Cette intervention pour l’incontinence urinaire à l’effort est effectuée au moyen d’une petite incision dans le vagin. Une bandelette en maille est placée sous l’urètre, comme une écharpe ou un hamac. Cette écharpe soutient l’urètre et empêche les fuites, notamment lorsque vous toussez, riez ou éternuez.

Procédé de Burch

Cette intervention pour l’incontinence urinaire à l’effort est effectuée au moyen d’une petite incision dans le ventre. Des points de suture sont faits dans le tissu à côté de la base de la vessie et de l’urètre et ramenés au ligament derrière le pubis. On peut aussi procéder au moyen de plus petites incisions (cœlioscopie) à lʼaide d’une petite caméra, ce qu’on appelle le procédé de Burch par laparoscopie.

L’incontinence urinaire par impériosité ne réagit pas bien aux interventions chirurgicales typiques pour l’incontinence. En fait, une chirurgie peut aggraver les symptômes.

 

Contenu gracieuseté de

http://www.lhsc.on.ca/Patients_Families_Visitors/Womens_Health/urogynecology/index.htm