Chacun laisse sa marque - Composer avec le deuil après la perte d’une grossesse ou d’un bébé

 femmes tenant par la main

Chacun laisse sa marque - Composer avec le deuil après la perte d’une grossesse ou d’un bébé

Source:
* Lois Hole Hospital for Women , un partenaire caritatif PHARMAPRIX. AIMEZ. VOUS.

La perte d’une grossesse ou d’un bébé est un événement extrêmement déchirant. Peu importe la durée de votre grossesse ou lʼâge de votre bébé, il s’agit d’une expérience inoubliable.

Compréhension de la perte périnatale

Une perte périnatale est la perte d’une grossesse ou d’un bébé entre la 20e semaine de gestation et le 28e jour de vie. Bien sûr, subir une fausse couche avant 20 semaines de gestation peut être tout aussi difficile.

«Toutes les pertes de grossesse et de bébé nécessitent un soutien», déclare Patti Walker, inf. aut., B.Sc.inf., coordonnatrice régionale du deuil au Lois Hole Women’s Hospital. «Une famille a perdu son enfant, et leurs espoirs et leurs rêves sont partis avec lui.»

Différentes réactions et émotions

Chaque grossesse est différente, tout comme la réaction à la perte de cette grossesse. Il est normal de vivre toute une gamme de sentiments allant de l’incrédulité à la colère et la tristesse. Pour certains, il peut s’agir d’un petit obstacle de la vie qui peut être surmonté, tandis que pour d’autres, cet événement peut avoir des conséquences graves et durables. Il n’existe pas de bonne ou mauvaise façon de réagir ou de se sentir. «Personne nʼaime être triste. Personne nʼaime se complaire dans l’émotion. Mais aucune émotion n’est mauvaise», selon Patti.

Un autre facteur important peut avoir une incidence sur vos sentiments : si vous considérez l’événement comme la perte d’une grossesse ou la perte d’un bébé. «Si vous avez réfléchi au nom du bébé et à la façon dont les choses se passeraient, le bébé fait alors déjà partie de la famille», affirme Patti. «Et si vous le voyez comme un bébé, vous vous considérez déjà comme une mère. Une fois cette phase terminée, le deuil peut commencer.»

Souvent, votre situation et votre personnalité ont une incidence sur vos sentiments et réactions à une perte périnatale. Pour une personne, une perte précoce peut être perçue comme un événement de faible importance, tandis que pour une autre, il pouvait s’agir de sa seule chance de tomber enceinte.

Malheureusement, une grossesse sur quatre se termine par une perte. La majorité de ces pertes surviennent dans les premiers stades, et la plupart du temps, rien n’aurait pu être fait pour les éviter. Malgré tout, certaines femmes peuvent se sentir responsables de la perte, et cela entraîne parfois un sentiment de culpabilité ou de honte. Savoir que ce nʼétait pas de votre faute est la clé pour commencer le processus de guérison.

 

Une femme ayant subi une perte périnatale peut souvent croire qu’elle manque de soutien et se sentir très isolée. «En perdant un parent, on perd son passé. En perdant un partenaire, on perd le présent. Mais si on perd un bébé, on perd l’avenir», déclare Patti. «Il nʼy a pas vraiment de mots pour décrire une personne qui a perdu un bébé, sauf qu’elle est en deuil. Même dans la langue que notre société utilise, ce n’est pas toujours reconnu.»

Comment commencer à guérir après une perte périnatale?

La période suivant immédiatement la perte de la grossesse ou du bébé peut être pénible. Une des choses les plus importantes que vous pouvez faire est de communiquer et de parler aux gens. Entourez-vous d’amis et de parents compréhensifs afin de ne pas vivre cette situation de façon isolée.

«Vous devez créer un village de soutien», déclare Patti. «Malheureusement, dans le cas d’une perte précoce, ce village est plus petit que s’il s’agissait de la perte d’un enfant plus âgé, parce que plus de gens ont connu cet enfant.» Elle conseille aux femmes de parler, que ce soit à des amis et à des membres de leur famille, ou dans des groupes de soutien en ligne ou en personne. Pour beaucoup, faire preuve de gentillesse envers soi peut aussi aider – lisez un livre ou tenez un journal de vos sentiments. «Soyez vraiment gentille avec vous-même», dit-elle. «Ce nʼétait pas de votre faute.»

Soutenir une personne qui a subi une perte périnatale

Quand une femme vit une perte, toute la famille peut être touchée. Elle a également besoin de soutien. Si vous êtes un ami ou un parent d’une personne qui a vécu une perte, parlez-lui et parlez à sa famille. Ils ont souvent l’impression que personne ne veut leur parler et que leur perte est un sujet tabou.

Patti conseille de commencer par essayer d’en parler à des membres de la famille : ils vous diront rapidement s’ils veulent aborder le sujet. S’ils ont indiqué être à lʼaise de parler de la perte, parlez du bébé. Demandez-leur si leur bébé avait un nom ou un surnom, parce que dès que vous donnez un sexe ou nom à un bébé, vous reconnaissez que la famille a perdu un de ses membres.

Utilisez le nom du bébé dans vos conversations. Rien n’est plus doux à leurs oreilles qu’entendre une autre personne utiliser le nom du bébé. Cela signifie que leur bébé était réel.

Communiquez avec eux à certaines dates : la date d’accouchement, la fête des Mères et Noël peuvent être des moments particulièrement douloureux pour la mère et sa famille. Même un simple message texte disant : «Je pense à vous» peut les réconforter.

Vous pouvez également les aider en effectuant des tâches plus pratiques, comme pelleter l’allée, préparer des repas ou emmener les enfants de la famille au parc. «Essayez d’être présent – ne vous éloignez pas. Accompagnez la famille dans leur deuil. Vous pouvez leur donner un peu de lumière, car ils vivent une période sombre», déclare Patti.

Le deuil et obtenir plus d’aide

Au début, la perte d’une grossesse ou d’un bébé peut vous consommer. Elle peut être constamment dans vos pensées et déterminer tout ce que vous faites. C’est normal : il sʼagit d’un deuil. «Les gens veulent éviter le deuil, mais il faut le vivre. Quand des gens vous accompagnent, c’est moins difficile», déclare Patti.

Des groupes de soutien en personne ou en ligne peuvent vous aider. Patti a constaté l’effet transformateur que peut avoir le simple fait de parler à des gens qui ont vécu une expérience similaire. Subir une perte périnatale peut être une expérience solitaire, mais dans des groupes de soutien, les familles peuvent parler ouvertement des sentiments.

«Je n’ai jamais rencontré quelquʼun qui a oublié son bébé. Cette expérience a une influence sur vous et vous change. Cette plaie ouverte finit par cicatriser, mais elle est toujours là», dit-elle. «Au fur et à mesure que vous évoluez et continuez à pleurer au lieu de simplement être en deuil, elle devient une partie de vous.»

Passer à travers le deuil et trouver sa nouvelle «normalité»

Chaque histoire de perte périnatale est unique, mais Patti dit entendre deux éléments communs dans l’histoire de presque toutes les familles. Revenir à une vie «normale» peut être très difficile, et bon nombre de familles finissent par se rendre compte qu’elles doivent trouver une «nouvelle normalité».

«Vous êtes une personne changée après avoir vécu une perte périnatale», déclare Patti. «Il sʼagit d’un deuil. C’est une réaction normale à la perte de quelque chose que vous avez aimé et qui comptait pour vous. Votre grande douleur est causée par le fait que vous vouliez et aimiez tellement ce petit être. Et trouver cette nouvelle normalité prend beaucoup plus de temps que ce à quoi vous êtes habituée dans notre monde dynamique.»

Les familles peuvent également éprouver un sentiment qu’elles décrivent comme étant une «perte d’innocence». Elles peuvent avoir une crainte permanente de vivre une autre perte en raison de celle quʼelles ont subie. Encore une fois, les groupes de soutien peuvent aider les familles à surmonter ces sentiments.